Canyoning à Angon : les dessous de l'histoire de la sortie.
Le coté sombre de la sortie du canyon d’Angon.
cascade d'Angon

Le coté sombre de la sortie du canyon d’Angon.

Canyoning à Angon : les dessous d’une bien longue histoire

La loi française relative aux torrents que nous descendons nous indique que la limite des parcelles voisines se trouve au milieu du cours d’eau (cette loi est différente sur les rivières navigables). La plupart des cours d’eau encaissés sont « non domaniaux », c’est à dire n’appartenant pas à l’Etat. Le canyoning se pratique donc régulièrement sur du terrain privé, entraînant des conflits.

A Angon, c’est surtout la sortie qui pose question .

Jusqu’en 1999, la sortie se faisait rive droite, en traversant une parcelle privée pour rejoindre rapidement un chemin rural. La fin de la descente de ce chemin traversait un petit hameau à coté du pont d’Angon, créant de fortes nuisances auprès des riverains, de part la configuration des lieux.

La propriétaire du moulin en rive droite, également propriétaire sur l’autre rive, donne alors son accord verbal pour autoriser le passage sur ses terres, de l’autre coté, ce qui permet de rejoindre aisément le parking, sans passer devant des habitations. Cette proposition arrange tout le monde, propriétaires comme pratiquants. Cette sortie rive gauche passait non loin du fameux « mur de l’ancien barrage »

Cependant, 15 ans après, du fait de la fréquentation en son sommet, ou tout simplement à cause du temps qui passe, ce mur montre des signes de faiblesse. Bâti en pierres sèches il y a plus de 300 ans par les moines de l’abbaye de Talloires, il  permettait d’alimenter des moulins en contrebas. Plusieurs études démontrent aujourd’hui sa fragilité.

L’actuelle propriétaire du moulin nous interdit donc, à juste titre, le passage.

S’ensuit alors des années de négociations, orchestrées par les professionnels locaux, ou plus récemment par  la comité canyon du département (le CDPC74), ce qui permet d’enlever l’aspect « intérêts économiques personnels »

En mai 2018, après différentes tentatives dont une rive droite, recréant les mêmes nuisances qu’auparavant, une solution semble trouvée avec un nouveau passage en rive gauche. Elle est matérialisée et équipée de mains courantes de sécurité.

La situation s’est détendue entre riverains, propriétaires et pratiquants. Merci à tous les travailleurs de l’ombre, qui œuvrent pour la liberté de l’accès à nos sites préférés.

Mur de l’ancien barrage d’Angon

Laisser un commentaire

Fermer le menu